Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'aménagement du territoire sous Louis XV

Durant le règne de Louis XV, en contrepoint de l’abandon des conquêtes (Canada, Indes, etc), il faut

  • Améliorer l'administration du pays et rétablir l’autorité du pouvoir royal
  • Soutenir le développement d’une économie en pleine expansion.

Différents moyens vont être envisagés pour renforcer l’amélioration des déplacements , la sécurité et la rapidité de l’information à partir de Paris (Versailles) .

Le réseau routier français se trouvait dans un piteux état au début du règne de Louis XV et cette situation faisait des routes du royaume un goulot d'étranglement à la rapidité des échanges.

Philibert Orry (1689-1747), contrôleur général des Finances et directeur général des Ponts et Chaussées, et l'intendant Trudaine (Daniel-Charles Trudaine (1703-1769) puis son fils, Jean-Charles-Philibert Trudaine de Montigny (1733-1777).), décidèrent la réfection progressive de tous les grands axes routiers et d'abord de ceux qu'empruntait la poste, et de créer des voies entièrement nouvelles partout où les nécessités politiques et économiques du temps l'exigeaient.

La « corvée des chemins », ou l’obligation pour tous d’entretenir les routes

Cette prestation en nature est instituée en 1738 par le contrôleur général Orry, au lieu d’un impôt difficile à lever, pour fournir aux ingénieurs des Ponts et Chaussées de chaque province l'énorme main-d'œuvre qui leur était nécessaire pour exécuter les travaux.

La corvée est de trente jours par an au maximum pour la construction et l’entretien des chemins qui sont classés en cinq catégories.

Jusqu’à la Révolution une grande partie des routes royales existera grâce à cette institution.

L’effort des ingénieurs porte en priorité sur les grands itinéraires rayonnant à partir de la capitale.

Ensuite, on améliore les routes reliant les chefs-lieux de généralités.

Enfin, on travaille sur quelques routes de traverse présentant un grand intérêt économique ou stratégique.

C’est l’amorce d’un vrai réseau routier.

A l'époque moderne, on retrouve ces tracés primitifs dans le dessin de nos routes nationales ou départementales.

Un tilleul de 250 ans, de style Louis XV

Un tilleul de 250 ans, de style Louis XV

Tag(s) : #route royale, #Bornes milliaires, #Louis XV développement économique