Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dès 1767, l'ingénieur Legendre présentait un projet de gravure des principaux itinéraires de France, probablement à partir de la documentation accumulée par le bureau de Perronet.

L'auteur prévoyait d'agrémenter ces itinéraires de « notes historiques … des lieux remarquables que l'on rencontre, de différents monuments …qui peuvent s'y trouver ».

Ce projet resta mort-né, et on proposa

- le jour et l'heure de départ de Paris

- l'heure d'arrivée pour la « dînée » (le déjeuner), et quelquefois la« buvette » ou le « rafrechi »

- l'heure d'arrivée pour la « couchée » dans la ville d'étape et celle du départ le lendemain matin

- la distance en lieues entre les principaux arrêts de chaque journée de voyage, et la distance totale.

Ces horaires officiels n'ont bien entendu qu'une valeur toute théorique.

En 1764, Michel et Desnos publient l'Indicateur fidèle, qui est un ancêtre des horaires sur Internet !

Coches ou carrosses sont très lents : mal suspendues, ces voitures marchent au trot ou au pas des chevaux. On s'arrête avant la tombée de la nuit et, en comptant la « dînée », on avance de 40 à 50 km par jour. Il faut donc 11 jours 1/2 pour atteindre Strasbourg, ou 13 jours 1/2 pour Bordeaux.

Quelques itinéraires privilégiés possèdent déjà un service de diligences, qui sont équipées de ressorts, et avancent au galop grâce à un système de relais (par ex l'hôtel de la Poste, à Rémalard) installés de loin en loin par l'entreprise de messageries qui exploite la ligne : le galop de la diligence va bouleverser toutes les données traditionnelles...

Borne 82 à Bellême, route du Mans

Borne 82 à Bellême, route du Mans

Tag(s) : #route royale, #Bornes milliaires